AOC Cahors

Les graines de l'avenir

 

Ça bouge toujours autant pour le vin de Cahors. Les producteurs mais aussi les productrices sont des fous passionnés de terroir. Portrait(s).

Il y avait trois autres portraits dans l'article

 

« Je prends mon pied ». A 47 ans, Pierre Pradel de Lo Domeni à Caillac aime son métier de vigneron. il a été bercé au rythme des vendanges avant de connaître une carrière commerciale pour revenir sur le domaine familial de 7 hectares. «Je suis né à Caillac. Mon père était viticulteur et régisseur de Lagrézette. J'y ai moi même travaillé comme responsable commercial. Je me suis ensuite occupé sur Paris de la production des vins du Languedoc. J'ai été gérant toujours à Paris d'une boutique, «Le comptoir des alcols» puis des boutiques Nicolas à Lyon et Toulouse. En 2004, j'ai décidé de reprendre les vignes de mon père pour commencer à vinifier en 2006. Depuis j'apporte une petite touche tous les ans. Actuellement, je produis 20 000 bouteilles» explique l'épicurien qui a les yeux qui brillent quand il parle de ses trois cuvées:. «Il y a «Le Côt», vin de pays du Lot fruité, léger; le vin des amisavec une vinification et une température plus basse A moitié fermentation, on enlève la matière et on laisse le jus. En AOC, j'ai le «ClosDomeni», 100% Malbec, des vignes plus âgées, une

Le goût des autres de Lo Domeni de Pierre Pradel

Pierre Pradel devant le foudre

vinification traditionnelle avec élevage en fût. Un vin toujours porté sur le fruit, la rondeur. C'est le goût Malbec sans trop de tanin. Après, j'ai «Vendémia». C'est mon bébé. On est sur des vignes de 35 ans de moyenne d'âge. Il y a épandage, effeuillage, vendange et égrappage à la main, vinification en foudre bois. La fermentation est plus longue avec macération à froid. Elevage en fût mais pas de fût neuf. Je ne cherche pas la tisane de planche. C'est unvin toujours fruité, gras

avec des goûts chocolat.» Le vigneron fait aussi du rosé, «Le côté rosé», «le rosé d'apéritif festif». Pratiquant la culture raisonné, Pierre PradeI espère des lendemains qui chantent: «Le Cahors s'en sortira qualitati-vement. il y aura deux familles qui vont vivre ensemble avec des vins de masse et de qualité supérieure. Il y a la place pour tout le monde».

T.S.

Article de La Semaine Du Lot du 15 au 21 décembre 2011 ou Pierre Pradel avait la vedette avec trois autres domaines tenus par des jeunes

retour vers ACTUALITES